Salon Patrimoine et Chemins

Livre d'or

Par Visiteur

Le site est tellement riche et Les informations tellement intéressantes qu'il faut beaucoup de temps pour en prendre connaissance autant que je le sou [Suite...]

Livre d'or
Apercu Forum
Statistiques

28 membres inscrits

Dernier membre:
GILLESRIGOLE

Plus de stats
Image aléatoire
Galerie
En ligne
8 Visiteurs, 0 Membre, 0 Modérateur, 0 Administrateur utilisateurs en ligne.


8 utilisateurs en ligne
Total : 8
Mini sondage
Comment trouvez-vous notre site ?










Résultats
Discussion

menelas: Bonjour,
Nous venons nous inscrire à la sortie du 17 février au castrum de Montpaon.

André et Marie- Claude ESTUBLIER

ALAIN: Je suis intéressé par la visite guidée de la dernière exposition sur la première guerre mondiale.
Amitiés
Alain YTIER

pmarchesseau: Pouvons nous devenir amis que je vous promotionne sur mes pages de provence. Ze chef Provence, Ze chef Ze chef provence côte d'Azur, zechef Bouches du rhône. merci à vous.

pmarchesseau: Bonjour, je suis le petit fils de thadée Marius Antonin. je viens de m'inscrire et de m'abonner à votre page internet. je recherche des documents sur mon grand père. Pouvons nous nous rencontrer.

louison: Bonjour et merci pour votre réponse.
cordialement.
mf.matillon

papou: Bonjour Louison
Merci de l’intérêt que vous portez au "bacino". Vous pouvez retrouver l'article de Marc Brocard paru dans le N° 7 de notre bulletin associatif "Pas à Pas" paru en mars 2016. à l'adresse ci après http://salonpatrimoineetchemins.fr/upload/pasapas7.pdf
ou en vous rendant sur le site, colonne de gauche, menu, bulletin Pas à Pas, Pas à Pas N°7, page 3.
Si vous avez des difficultés, vous pouvez m'appeler sur le N° de l'association.
Cordialement
Yves Deroubaix

louison: Bonsoir,
le bacino : qui peut m'indiquer l'article du site qui parle de cet objet ?

louison: Bonjour ,
j'aimerais m'inscrire pour la visite du 11/01 et pour celle du 01/03/2017.
mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année.
cordialement.
mf.matillon

ALAIN: Je serais présent pour la visite de l'exposition au château le 11 janvier.
Alain YTIER

Visiteur: BRAVO ! pour la sortie des scolaires i
Faire découvrir ce patrimoine aux enfants c'est magnifique...
Félicitations à Christiane et Pierrick
MYA

Visiteur: Bravo pur les photos de Barbegal
MYa

KIKI: La loco présentée est un des deux seuls modèles qui circulaient sur cette ligne Salon-Fontvieille, un loco type 030 (l'autre était une type 020)...

Visiteur: Pourquoi mettre la photo d'une locomotive alors qu'il s'agit de la REMISE de la locomotive ?

Hugues: Merci d'avoir mis sur pied votre ASSO.
Hugues

papou: Bonsoir JP. Je viens de voir que la mention "poster un commentaire" est apparue sur la page en haut, à gauche de "outils". Il ne reste plus qu'à attendre les commentaires. merci YD


Rafraichir

Archives
 
Les Mireieto
 

LES MIREIÈTO



LES MIREIÈTO, cela pourrait se traduire par « Petites Mireille », mais c’est tellement plus joli en provençal qu’on ne le dira pas !

Il s’agit d’une fête, on l’a déjà vu, les provençaux sont toujours prêts à faire la fête …

C’est une sorte de rituel de passage de la petite enfance où la chatouno prend pour la première fois la cravato. Cette étape ludique entre deux âges de la vie. Signe de transmission entre générations, c’est le moment où la ninoio, entre 7 et 10 ans va quitter le bonnet de bébé, lou beguin (sous lequel les cheveux sont lâchés) pour se coiffer en cravate.





En 2015, pour la sixième fois, le Comité des Fêtes d’Arles a organisé cette journée festive liée au costume arlésien des enfants. 39 fillettes ont été inscrites à la cérémonie de prise de coiffe qui s'est déroulée exceptionnellement un samedi.

Comme chaque année, elles ont été reçues avec leur famille. Elles viennent de tout le département et même d’au-delà et reçoivent une formation sous forme d’ateliers depuis quelques semaines.

Les postulantes ont eu droit à des visites privées de la ville d’Arles, ont découvert les portraits des Reines d’Arles et ont rencontré notre Reine actuelle, Mandy et ses demoiselles d’honneur.

Elles ont visité aussi le salon des santonniers et assisté à des ateliers dédiés aux préparatifs de Noël : table calendale, cacho fió, 13 desserts…

Un autre atelier dédié au costume a été organisé (l’élégance de l’Arlésienne, cela s’apprend !).

Le grand jour venu, le froid, le mistral, la pluie, rien ne les a arrêtées pour se retrouver, accompagnées de leur marraine (il y a eu des parrains). Lors de la cérémonie privée (le public n’entre pas dans la salle des fêtes) elles ont reçu un diplôme et un santon original.

Bien emmitouflées de capes et de châles, accompagnées par les fifres et tambourins, un passo carrièro joyeux les a conduites vers la statue de Frédéric Mistral, sur la place du Forum puis à la mairie et enfin à la cathédrale Saint Trophime.


Promotion 2012



La journée s'est terminée bien sûr au son des fifres et tambourins et de grandes farandoles.



Plus tard, entre 14 et 15 ans, lors d’une nouvelle étape symbolique, elles prendront LE RUBAN pour la première fois aux Saintes Maries de la Mer lors de la Fête Virginenco. Étape qui les conduira vers l’âge adulte où elles pourront porter le sublime costume d’arlésienne. Cette fête a été créée en 1903 par le maitre de Maillane, Frédéric Mistral. (voir le pas à pas n° 5 ).



-=-=-=-=-=-




LE COSTUME DE MIREIÈTO



Comme nous l’avons vu, l’importance et même le nom des différents costumes d’arlésienne est d’abord lié à la coiffe.

Pour les petites filles après le béguin est venu le temps de la cravate. Mais bien sûr tout n’est pas là, et le reste de la tenue bien que très simple comporte un certain nombre de codes. La chatouno ne porte donc pas de ruban et jamais de soie, sa tenue comme celle de la jeune fille et de la femme « en cravate » est en coton.

Pour se vêtir elle commence par enfiler le pantalon (ancêtre de la culotte), les deux jupons de coton blanc bordés de simple dentelles, ils peuvent être colorés mais toujours très simples, une eso noire (corsage près du corps, il a des manches longues et étroites). La jupe est froncée et courte (mi-cheville) en coton imprimé. Le devant d’estomac toujours blanc, en percale festonnée ou brodée. Le fichu plissé (5 plis) est tenu par des épingles, il est en coton et peut être imprimé de petits motifs colorés (pois, fleurs, rayures) sur fond blanc. La dernière pièce du costume, c’est le tablier. Le costume en cravate est aussi appelé « costume de travail », c’est pour cela que le tablier est toujours présent. Chez la fillette, c’est plutôt pour protéger la jupe des petites bêtises d’enfant.

La coiffe en cravate, toute blanche, en coton blanc, se compose de deux pièces : le fond de coiffe et la cravate. C’est tout un art de la mettre en place. Dans le livre de Nicole Niel « l’Art du costume d’Arles » pas moins de 20 pages d’explications sur cette coiffe.

Le seul bijou autorisé, une petite croix d’or pendue à un ruban de velours noir au cou de la chatouneto.





Dessin de Nicole Niel qui a écrit un magnifique livre sur le costume : «l’Art du COSTUME D’ARLES», véritable «bible» de toutes les femmes qui portent le costume.


-=-=-=-=-=-



Un peu de vocabulaire :

La chato : la fille, la jeune fille
La chatouno : (diminutif) la petite fille, la fillette
La chatouneto : la petite fillette, mignonne fillette
La ninoio : (feminin de ninoi) petit enfant (en provençal il y a le petit enfant, garçon et la petite enfant, fille) c’est un enfant plus grand qu’un nourrisson (Il n’y a pas de mal à être précis !)

M. Mayol
 
Cette page a été consultée 443 fois